peler


peler

peler [ pəle ] v. <conjug. : 5>
• 1080; lat. pilare, avec infl. de l'a. fr. pel « peau »
1 V. tr. Vx ou techn. Dépouiller (une peau) de son poil, (un arbre, une branche) de son écorce. Cour. Dépouiller (un fruit) de sa peau. Peler un fruit, des oignons. éplucher. Pronom. La pêche se pèle facilement.
2 V. intr. (1260) Perdre son épiderme par parcelles. desquamer. Cet enfant a pris un coup de soleil, il pèle. « la langue me fait mal à force d'avoir parlé; elle me brûle et me pèle à force d'avoir fumé » (Vallès).
Fig. et fam. Peler de froid, ou absolt peler : avoir très froid. ⇒ cailler. On pèle ici !

peler verbe transitif (latin pilare) Enlever la peau d'un légume, d'un fromage, l'écorce d'un arbre, etc. ● peler (difficultés) verbe transitif (latin pilare) Emploi On épluche ou on pèle des pommes de terre, des oignons. Mais peler s'emploie davantage pour des fruits. ● peler (homonymes) verbe transitif (latin pilare) peller verbepeler (synonymes) verbe transitif (latin pilare) Enlever la peau d'un légume, d'un fromage, l'écorce d'un arbre...
Synonymes :
- décortiquer
- écorcer
- éplucher
peler verbe intransitif Perdre sa peau par plaques : Son nez pèle. Populaire. Avoir très froid : On pèle ici, ferme les fenêtres.peler (citations) verbe intransitif Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal. Fables, les Animaux malades de la peste peler (homonymes) verbe intransitif peller verbe

peler
v.
rI./r v. tr.
d1./d ôter la peau de (un fruit). Peler une pomme.
d2./d (Belgique) Fam. Ennuyer (sens 2). ça me pèle d'aller le voir.
|| v. Pron. S'ennuyer.
rII./r v. intr. Perdre de son épiderme par petits morceaux, en parlant de l'homme. Avoir le nez qui pèle. Syn. (Québec) pleumer.

⇒PELER, verbe
I.Empl. trans.
A. —[Corresp. à peau] Enlever (à quelque chose) sa partie superficielle.
1. [Le compl. d'obj. désigne un fruit, un légume, un fromage...] Ôter la peau. Synon. éplucher, décortiquer. Peler une pomme, une poire, une banane, des oignons. Les soirs, on posait devant la cheminée la marmite de pommes de terre, et chacun, assis à sa guise, y pêchait, prenant, pelant, mangeant (POURRAT, Gaspard, 1925, p.199). Les racines que les femmes ont lavées dans la rivière, à leur retour, sont pelées avec un couteau ou un grattoir tranchant en bois (PAGE, Dern. peuples primit., 1941, p.169):
1. Disons tout d'abord que les asperges ne doivent pas être seulement ratissées, ainsi que trop de gens se contentent de le faire, mais bien pelées à fond, ce qui permet de les consommer dans leur presque totalité. Ainsi pelées, les asperges sont réunies en bottillons de cinq ou six brins...
Gdes heures cuis. fr., Éluard Valette, 1964, p.191.
2. [Le compl. d'obj. désigne un arbre, une branche] Enlever l'écorce. Les Havasupaï (...) estiment par-dessus tout les branches de l'acacia «cat's claw» (...). Dans tous les cas, les branches sont pelées et coupées en deux tailles différentes (LOWIE, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.144).
Empl. pronom. passif. Et l'écorce qui se sépare. Qui s'écarte. Qui se pèle. Qui s'enlève délicatement sous la cognée (PÉGUY, Myst. charité, 1910, p.85).
B. —[Corresp. à poil]
1. MÉGISS. Peler une peau. Lui ôter ses poils, sa laine. Peler des peaux, des cuirs. Ce velours se pèle promptement (Ac. 1935).
P. anal., AGRIC. V. pelage2. Peler la terre. Enlever le gazon. Peler les allées. Enlever de l'herbe et aussi de la terre. On pèle le gazon resté dans l'intérieur de l'édifice: les ouvriers, dansant sur le sol humide, l'ont bientôt pétri et égalisé (CHATEAUBR., Voy. Amér., 1827, p.148).
Empl. pronom. passif. La terre se pèle et s'écorche sous les pas redoublés et furieux des guerriers (CHATEAUBR., Natchez, 1826, p.273).
2. Empl. pronom. [Le suj. désigne une étoffe] Perdre son poil. On dit d'une étoffe veloutée qu'elle se pèle ou mieux encore qu'elle se râpe (HAVARD 1890).
C.P. anal.
1. Pop., fam. Débarrasser quelque chose ou quelqu'un de quelque chose. Peler son église de tout accessoire inutile et lourd (TZARA, Manif. Dada, 1918, p.34).
,,Battre un adversaire au jeu (de cartes), en lui prenant toute sa mise; dépouiller au jeu.`` (CELLARD-REY 1980). Synon. plumer. Tous les samedis, Jojo se faisait peler au poker par ses potes, il y revenait quand même (CELLARD-REY 1980).
2. Arg. [Suivi d'un compl. désignant les parties sexuelles mâles] Ennuyer. Peler le jonc, ,,importuner. Tu me pèles le jonc, avec tes salades`` (CAR. Argot 1977).
II.Empl. intrans. [Corresp. à peau]
A. —[Le suj. désigne le corps ou une partie du corps (de l'homme ou de l'animal)] Perdre son épiderme par parcelles. Tout son corps a pelé. Tout le corps lui a pelé à la suite de cette maladie (Ac. 1935). Deux jours après, le nez de M. L'Ambert désenfla d'une façon visible, mais la couleur rouge tenait bon (...). Au bout de quinze jours, il pela horriblement (ABOUT, Nez notaire, 1862, p.150).
P. exagér. Les deux voyageurs se jetèrent dessus [sur la purée de pommes de terre] sans demander si c'était chaud et la langue faillit leur en peler (POURRAT, Gaspard, 1925, p.239):
2. Le tonneau le plus grand donnait une liqueur d'un rouge foncé, tandis qu'on tirait du tout petit un liquide blanc comme de l'eau de roche; et c'était celui-ci qui était le plus raide, un vrai poivre, quelque chose dont la langue pelait.
ZOLA, Cap. Burle, 1883, p.265.
Pop. Avoir très froid. Je pèle. On pèle ici (CAR. Argot 1977).
B.Empl. factitif. Faire peler. Cela s'est compliqué ces temps derniers d'un immense coup de soleil qui me pelait les joues et le front (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1909, p.97).
Pop. Un froid qui pèle (CELLARD-REY 1980).
[Avec un suj. de l'animé] Tu ris, mais sais-tu pourquoi ces deux hommes se battent? C'est pour savoir lequel des deux t'emmènera la corde au cou (...) et te pèlera le dos à coups de trique si tu bouges! (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.2, 1870, p.421).
Prononc. et Orth.:[], (il) pèle []. Att.ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. Arracher les poils a) d'une personne ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 1823: Icil li peilent la barbe e les gernuns [à Ganelon)]; ca 1150 (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 7568: Chaus devient l'en en poil pelant); 1176-81 front pelé (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier au lion, éd. M. Roques, 295); 1197 poiler le cuir (HÉLINANT, Vers de la mort, éd. F. Wulff et E. Walberg, XIII, 6); ca 1260 intrans. «devenir chauve» (Récits Ménestrel de Reims, 71 ds T.-L.); 1532 part. passé subst., fam. là n'estoient que troys teigneux et ung pelé de legistes (RABELAIS, Pantagruel, V, éd. V. L. Saulnier, p.29, 65); 1690 trois tondus et un pelé (FUR.); 1790 quatre pelés et un tondu (Jean Bart, n° 103, 4 ds QUEM. DDL t.19); b) d'un animal, de son pelage, de sa fourrure ) 1260 (ÉTIENNE BOILEAU, Métiers, 325 ds T.-L.: piaus de mouton... pour peler et pour draper); 1174-87 pane pelee (CHRÉTIEN DE TROYES, Perceval, éd. F. Lecoy, 1798); 1176-81 veir pelé (ID., Chevalier à la charrette, éd. M. Roques, 508); ) 1377 (GACE DE LA BUIGNE, Deduis, 9615 ds T.-L.:... meschëans chiens pelés, Qui sont de roigne guerpelés); c) 1262 p.anal. parisis, tournois pelez «dont le relief est érodé par l'usage» (doc. ds DU CANGE, s.v. pelatus); d) ca 1230 id. «dépouiller [une terre] de sa végétation» (PÉAN GATINEAU, St Martin, 2216 ds T.-L.); 2. a) «enlever la peau, l'écorce [d'un végétal], l'enveloppe [de quelque chose]» ca 1100 verge pelee (Roland, 3323); ca 1180 valoir deux aus pelés exprime une valeur minime (Fierabras, 108 ds T.-L.; cf. Fr. MÖHREN, Le renforcement affectif de la négation par l'exp. d'une valeur minimale en a. fr., Tübingen, 1980, pp.41-42); ca 1215 ne... vaillant un oef pelé id. (Aimeri de Narbonne, 2227, ibid.); fin XIIIes. [ms.] peler une chastaigne fig. «raconter des histoires, chercher à tromper» (JEAN DE MEUN, Rose, éd. E. Langlois, 16456, var. ms. Be); 1611 peler son fromage (COTGR.); b) 1690 «dépouiller un animal de sa peau» (FUR.); 3. fig. a) 1197 «voler, dépouiller» (HÉLINANT, op.cit., XLIII, 3); 1er quart XIIIes. (RENCLUS DE MOLLIENS, Miserere, 143, 1 ds T.-L.: Gastebien poile clers et lais); spéc. domaine du jeu 1re moitié XIIIes. réfl. «perdre tout son bien» (De St Pierre et du jougleor, 8 ds A. DE MONTAIGLON et G. RAYNAUD, Rec. gén. fabliaux, t.5, p.65: sovent as dez se pela); b) 1918 froid qui pèle (R. FLORIGNY et G. D'ABZAC, L'Amant de l'ingénue, p.112 ds CELLARD-REY); 1970 peler «avoir très froid» (J. HOUGRON, La Gueule pleine de dents, p.254, ibid.). Du b. lat. (de , v. poil) au sens de «arracher les poils, épiler», avec, par étymol. seconde, rapprochement de l'a. fr. pel (peau), d'où est issu le sens de «ôter la peau». Fréq. abs. littér.:69.
DÉR. Peleur, -euse, subst. a) Subst. masc. ) [Corresp. à supra I B 1] ,,Ouvrier chargé de séparer la laine du cuir lorsque les peaux sont parvenues à maturité. Il classe sommairement la laine (dos, flanc) au fur et à mesure de son enlèvement. Peleur de peaux, v. épileur de peaux`` (Mét. 1955). ) ,,Terme péjoratif appliqué à un laboureur qui n'enfonce pas suffisamment sa charrue dans le sol, qui se contente de le peler, de le gratter superficiellement, on dit aussi un peleux `` (FÉN. 1970). ,,Petite lame placée en avant du soc de la charrue et destinée à peler, à écroûter le sol que vont couper le coutre et soulever le versoir`` (FÉN. 1970). b) Subst. fém. ,,Machine destinée à éliminer la partie superficielle d'un fruit ou d'un légume. Une peleuse est constituée d'un mécanisme d'alimentation, un laveur, une brosse rotative qui opère le pelage`` (CLÉM. Alim. 1978). [], fém. [-ø:z]. 1re attest. peleur 1861 «rasette placée en avant du soc de charrue» (GRANDVOINNET in Encyclop. pratique de l'agriculteur, IV, col. 815 ds QUEM. DDL t.15); de peler, suff. -eur2.
BBG. —BAIST (G.). Etymologien. Z. rom. Philol. 1908, t.32, pp.423-433. —THOMAS (A.) Nouv. Essais 1904, p.318.

peler [pəle] v. [CONJUG. geler.]
ÉTYM. 1080, Chanson de Roland; bas lat. pilare « épiler » avec infl. pour le sens de « enlever la peau » de l'anc. franç. pel « peau ».
———
I V. tr.
1 Dépouiller (une peau) de son poil, (un arbre, une branche) de son écorce ( Écorcher, éplucher); enlever à (une chose) sa partie superficielle. || Peler des oignons. Cour. Dépouiller de sa peau (un fruit). || Peler une banane, une pomme. || Action de peler industriellement les fruits. 2. Pelage.
2 Fam., vx. || Peler quelqu'un, le battre au jeu. || Se faire peler aux cartes.
———
II V. intr.
1 (1260). Perdre son épiderme par parcelles. (Sujet n. de personne ou de partie du corps). || Cet enfant a pris un coup de soleil, il pèle. || Avoir le nez, le corps qui pèle.(Avec un pronom compl. d'objet ind.). || La langue me pèle, lui pèle.
1 (…) la langue me fait mal à force d'avoir parlé; elle me brûle et me pèle à force d'avoir fumé.
J. Vallès, le Bachelier, III, p. 36.
2 Nous passions des heures sur la plage, écrasés de chaleur, prenant peu à peu une couleur saine et dorée, à l'exception d'Elsa qui rougissait et pelait dans d'affreuses souffrances.
F. Sagan, Bonjour tristesse, I, I.
2.1 (…) comme on arrache par morceaux sa peau quand on pèle, comme on se gratte quand on a de l'urticaire (…)
N. Sarraute, Tropismes, p. 16.
2 Fig., fam. Peler de froid ou (absolt) peler : avoir très froid. || On pèle ici ! (→ Cailler, geler).
——————
se peler v. pron.
1 (Réfl.). Perdre son poil. || Le cou de ce chien se pèle (Littré).REM. Cet emploi est vx; on dit plutôt peler, v. intr.
2 (Passif). Être dépouillé de sa peau. || La pêche se pèle facilement.
——————
pelé, ée p. p. et adj.
1 (Surtout d'un animal). Dépouillé de ses poils. || Un vieux chat pelé. || Fourrure toute pelée. || Des ânes pelés (→ Galeux, cit. 3). || « Chemin faisant, il vit le col du chien pelé » (→ Encore, cit. 18; et aussi matou, cit.).Subst. || « Ce pelé, ce galeux (cit. 4, La Fontaine), d'où venait tout le mal ».
Fam. (En parlant de la tête, du front d'une personne). Dépouillé de ses cheveux. || Crâne pelé. Chauve.
Subst. || Un vieux pelé.Loc. fam. (1790). Quatre pelés et un tondu (→ aussi Maître, cit. 100) : un très petit nombre de personnes.
3 Les socialistes ne sont pas bien nombreux par ici, et ils ne sont pas d'accord. Samedi dernier, à la Fraternelle, nous étions quatre pelés et un tondu et nous nous sommes pris aux cheveux.
France, M. Bergeret à Paris, VII, Œ., t. XII, p. 342.
Par métaphore. || Un vieux vêtement tout pelé.
2 Dépourvu de végétation. Nu (cit. 12). || Les terrains vagues pelés des banlieues industrielles.La montagne Pelée (ou mont Pelé), volcan de la Martinique ( Péléen).
4 La contrée que nous traversions était sauvage sans être pittoresque : des collines pelées, rugueuses, écorchées, décharnées jusqu'aux os (…)
Th. Gautier, Voyage en Espagne, p. 226.
3 Techn. (Arbres). Dont l'écorce a été enlevée.
4 N. m. Régional (Belgique). || Le pelé, partie du gîte à la noix, parfois appelée en France gousse d'ail.
CONTR. (Du participe) Chevelu.
DÉR. Pelade, 2. pelage, pelan, pelard, peleur, peloir, pelure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • peler — 1. (pe lé. La syllabe pe prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : je pèle, je pèlerai) v. a. 1°   Ôter le poil. Peler des peaux, des cuirs. 2°   Par extension. Peler la terre, enlever le gazon. 3°   Se peler, v. réfl. Perdre… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • peler — Peler, act. acut. Ores vient du Latin Pilus, et signifie tirer et arracher le poil, Glabrare, Vellere pilos, comme, Je luy ay pelé la barbe, Barbam illi detraxi. Et en cette signification est dit Pelis, m. acut. qui signifie le recroist de la… …   Thresor de la langue françoyse

  • peler — obs. form of peeler, pillar …   Useful english dictionary

  • peler — vt. , (é)plucher, ôter la peau (des légumes, fruits, châtaignes, pommes de terre, raves, pommes...) ; tondre /// brouter /// faucher peler à raz ; rendre chauve ; dessécher (un pré) ; rendre chauve ; desquamer. vi. , se desquamer ; devenir chauve …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • PELER — v. a. Ôter le poil. Mettre un cochon de lait dans de l eau bouillante pour le peler. Peler des peaux, des cuirs. On l emploie avec le pronom personnel. Ce velours se pèle promptement. PELER, signifie aussi, Ôter la peau d un fruit, l écorce d un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • peler — I. Peler. v. a. Oster la peau d un fruit, oster l escorce d un arbre. Peler une poire. peler une pomme. peler des chesneaux. les lapins durant les neiges pelent tous les jeunes arbres. Il se dit aussi, Du fromage, des langues de boeuf ou de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • PELER — v. tr. Dépouiller du poil. Peler des peaux, des cuirs. Ce velours se pèle promptement. PELER signifie aussi ôter la peau d’un fruit, l’écorce d’un arbre, et en général la surface des choses qui ont une sorte de peau. Peler une poire, une pomme.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • peler — v.t. Faire froid : Ça pèle aujourd hui.. Avoir froid : On pèle ici. □ v.t. Peler le jonc, importuner : Tu me pèles le jonc, avec tes salades …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Villa Peler — (Гарньяно,Италия) Категория отеля: Адрес: Via San Martino 9 (Check in at Piazza Caduti …   Каталог отелей

  • Avoir un œuf à peler avec quelqu'un — ● Avoir un œuf à peler avec quelqu un en Belgique, avoir un compte à régler avec quelqu un …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.